Taille & Traitements des palmiers
Taille  &  Traitements des palmiers

Les maladies du palmier:

 

 

Bien-sûr, nous aborderons ici le double fléau d'infestation, qu'est l'infestation à Papillon palmivore & Charançon rouge: ces derniers représentant un réel péril pour les palmiers.

Une problématique devenue aujourd'hui mondiale...  

 

Sans oublier les autres maladies du palmier concernant notre zone climatique du bassin méditerranéenne. 


1: Le papillon palmivore (Paysandisia archon).

2: Le charançon rouge (Rhynchophorus ferrugineus)

3: Les champignons pathogènes 

4: La chrysomèle du palmier (Pistosia dactyliferae)

 

 

1: Le papillon palmivore.

Nom latin: Paysandisia archon.

Insecte de l'ordre des Lépidoptères, appartenant à la famille des Castniidae.

Seul représentant de son genre Paysandisia, c'est un papillon ''archaïque'', il ressemble morphologiquement à un papillon de nuit, mais il a un comportement de papillon de jour...

Originaire de L'Urugay et de l'Argentine centrale, où il parasite les deux genres de palmiers endémiques de la pampa que sont le Butia et le Trithrinax, sans causer de problèmes phytosanitaires, à savoir qu'aucun ennemi naturel de ce ravageur n'a été retrouvé dans son biotope. Cependant dans la ville de Buenos Aires: le papillon palmivore est devenu un ravageur, car la diversité de plantations de palmiers (exogènes) est comparable à celle de nos pays méditerranéens. 

  

Ce lépidoptère (papillon) représente aujourd'hui le ravageur le plus problématique pour le parc de palmiers en Languedoc-Roussillon. La progression de l'infestation toujours plus exponentielle concerne particulièrement les pays de la partie occidentale du bassin méditerranéen.

Pour la région Languedoc-Roussillon, la FREDON-LR (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) évalue le nombre de palmiers détruits ou fortement affaiblis par les attaques de ce ravageur entre 50 000 et 60 000 ! Dans cette même région: on estime qu'il y aurait un parc de 80 000 palmiers formant encore un patrimoine ornemental à protéger.

Même sur la région PACA, le papillon palmivore reste le fléau phytosanitaire prédominant, contre lequel il faut lutter avec la même volonté que sur le charançon rouge (deuxième ravageur en expansion), d'autant plus que le papillon palmivore prépare le terrain en facilitant l'infestation du charançon rouge, j'observe souvent une superposition d'infestations : d'abord par le papillon palmivore et ensuite par la supplantation du charançon rouge... 

 

Paysandisia archon est aujourd'hui classé comme organisme nuisible de quarantaine, et inscrit en annexe B de l'arrêté du 31 juillet 2000, sur la liste des organismes contre lesquels la lutte est obligatoire aprés arrêté prefectoral.

 

Origine,cause et cartographie de l'infestation:

Un grand classique de ces 30 dernières années: l'accentuation des échanges mondiaux, avec notamment ici le commerce des palmiers produits loin de leurs lieux de vente, et surtout sans mesure de passeport phytosanitaire.

Listes des pays infestés par le papillon palmivore
Progression du papillon palmivore en France

Le Paysandisia archon est un ravageur qui s'est particulièrement bien acclimaté aux pays méditerranéens, si bien qu'il est probable qu'en terme de densité: sa population sur le bassin méditerranéen soit plus importante que sur son aire d'origine en amérique du sud. En effet, un continuum de palmiers, la diversité des espèces et une absence de prédateurs de ce parasite, font que le Paysandisia archon a rencontré tous les paramètres favorables à sa dissémination depuis une dizaine d'années. 

Le paysandisia archon semble poursuirvre son expansion en-dehors du climat méditerranéen: il a été récemment repéré dans le sud-ouest de la France, si son implantation se confirme, la situation phytosanitaire pour les palmiers du sud-ouest pourrait être castastrophique, car cette région est historiquement plantée d'une variété monospécifique de Trachycarpus fortunei: espèce de palmier la plus sensible à Paysandisia archon ! L'expérience sur la région Languedoc Roussillon, nous montre que plus de 80% des Trachycarpus ont été déssimés.

 

Quid de l'incidance des hivers rigoureux ?

On a constaté que les fortes gelées que nous avions connues lors de l'hiver 2011/2012 n'ont eu aucun impact sur la mortalité des larves de Paysandisia archon, ces dernières ayant pu passer l'hiver, bien protégées au coeur des palmiers.

Cycle biologique du papillon palmivore:

Comportement du papillon palmivore:

 

NYMPHOSE: à partir du mois d'avril les larves en fin de cycle migrent vers la périphérie du stipe pour y fabriquer leur cocon en s"enroulant dans la fibre du palmier, dés lors elles cessent de s"alimenter et elles utiliseront l'energie emmagasinée durant les mois précédanst pour d'une part se transformer en imago (papillon) et d'autre part pour la phase de reproduction.

EMERGENCE: L'éclosion du cocon et la sortie de l'imago (papillon) est fonction de la température (>25°C) et de l'hygrométrie (<40%), à partir du mois de mai jusqu'à fin septembre.

Aussitôt la sortie du cocon, le papillon doit passer 20 minutes d'immobilité à respirer, le temps nécessaire d'apport sanguin pour le déploiement des ailes.

Ci-contre: accouplement mâle/femèle capturés, durée 20 min, la femèle est monoandre (un seul partenaire  pour la fécondation).

 

La phase imago de chaque papillon palmivore dure en moyenne 3 semaines, pendant lesquelles l'activité est concentrée uniquement sur la reproduction: vols de parade, accouplement, et ponte d'oeufs. 

Ci-contre: femèle en activité de ponte.

 

 

Chaque femèle, aprés fécondation, a la capacité de pondre 140 oeufs, autant de nouvelles larves potentielles parasitant les palmiers... 

Chaque oeuf pondu a jusqu'à 12 j pour éclore et donner naissance à une larve, qui dés lors devra pénétrer à travers les premiers tissus tendres du palmier, pendant plus de 11 mois (ou 2 ans pour les larves bi-annuelles), ces dernières ne cesseront de se nourrir dans la tête du palmier en forant des galeries sur leurs passages.

Ci-contre: partie de l'abdomen de la femèle d'où sort l'organe ovopositeur, à sa base des poils chimio-tactiles permettent de guider la ponte des oeufs à l'intérieur de la fibre du palmier.

Ici exemple d'une larve en fin de cycle (L9): d'une taille moyenne de 6 cm sa couleur vire du blanc vers le jaune avant de s'enrouler dans son cocon.

 

Un palmier fortement infesté par le papillon palmivore peut contenir plus d'une centaine de larves dans le cas du Phoenix canariensis.

Voici in situ: la larve de Paysandisia archon logée dans sa galerie. Chaque jour, les larves perforent les tissus du palmier en transformant ces derniers en sciure, produit de leur ingestation, cette sciure provoquant une pourriture et une fermentation à l'intérieur du palmier.

 

Au cour de l'infestation, le palmier devient ''un fermenteur'' où la température interne reste élevée même durant la période hivernale.

Quantité de larves dans les palmiers infectés ?

 

Le nombre de larves  dépend à la fois du diamètre de la section de votre palmier et de la date de la première infestation, en effet chaque année apporte son lot de nouvelles générations qui émergent du palmier, les papillons palmivores pondent leurs oeufs préférenciellement sur leur palmier de naissance tant qu'il y a encore des tissus vivants propices aux futures larves, ceci jusqu'au dépérissement total du palmier.

Ainsi, le nombre de larves augmente irrémédiablement à chaque génération, d'autant plus qu'une partie du ''pool'' de larves adoptent un cycle bi-annuel.

 

Pour les palmiers à petite section tels que Trachycarpus:

on retrouve dans les derniers stades d'infestation => 30 larves en moyenne.

 

Pour les palmiers à grande section tels que le Phoenix canariensis (le plus planté):

on retrouve dans les derniers stades d'infestation => jusqu'à 130 larves, ce qui fait de cette espèce de palmier un véritable incubateur à ravageur, autant de Phoenix malades représentent autant de ''bombes à infestation'', même 1 an aprés leur mort, la capacité de relarguer leurs parasites dans l'environnement persiste...

Espèces de palmiers infestés par le papillon palmivore:

Le parasitisme du Paysandisia archon est inféodé à la famille des arécacées, c'est à dire qu'il a la capacité d'infesté uniquement les palmiers.

(Rq: aucun risque cependant pour les Yuccas ainsi que pour les Ciccas)

 

Liste des palmiers sensibles au papillon palmivore:

_ Trachycarpus fortunei.

_ Chamaerops humilis.

_ Phoenix canariensis, Phoenix dactylifera.

_ Brahea armata, Brahea edulis, Brahea dulcis.

_ Butia capitata, Butia Yatay.

_ Washingtonia robusta, Washingtonia filifera.

Pronostic vital pour les palmiers:

Si rien n'est entrepris pour traiter vos palmiers, la mort de ces derniers est inéluctable.

Il faut compter 1 à 2 ans pour les palmiers du genre Trachycarpus / Chamaerops, et 3 ans en moyenne pour les palmiers du genre Phoenix.

2: Le charançon rouge:

Nom latin: Rhynchophorus ferrugineus Olivier.

Insecte de l'ordre des coléoptères, appartenant à la famille des curculionidae.

Aire d'origine: Indonésie - Micronésie.

Parasite inféodé aux palmiers (sur le bassin méditerranéen).

 

Cet insecte est devenu actuellement le ravageur le plus dangereux des palmiers, originaire d'asie du sud-est où sa problématique en cocoteraie est bien connue. Son ''explosion'' à l'echelle mondiale provoque une situation phytosanitaire grave et inédite pour la culture du palmier: non seulement pour le domaine ornemental, mais plus encore pour le domaine agricole (phoeniculture).

 

La lutte contre le charançon rouge du palmier (Rhynchophorus ferrugineus), est obligatoire en tout lieu du territoire français et de façon permanente, la mise en oeuvre est fixée par l'arrêté national de lutte du 21 juillet 2010 contre le charançon rouge.

 

Virulence de ce ravageur:

Comparativement, le papillon palmivore et le charançon rouge agissent par le même mode opérationnel pour décimer les palmiers (parasitisme endophage dont la phase larvaire à l'intérieur du palmier est la source du problème), deplus on remarque une convergence de leur cycle biologique avec une phénologie trés proche (cocons / oeufs / larves / mode d'alimentation), de même les symptômes visibles sur palmier sont convergents; la nuisibilité du charançon rouge se démarquant par la rapidité de sa reproduction et l'intensité des ravages induits sur le palmier.

Pour le charançon rouge, la voracité des larves est telle qu'elles vident le cylindre central du palmier de tous ses tissus de soutien, il en résulte que les stades finaux d'infestation peuvent aboutir à un risque de chute de la tête des palmiers, même chez certain Phoenix dactylifera: la chute peut concerner l'ensemble du stipe. En plus d'un fleau phytosanitaire, le charançon rouge représente aussi un danger sécuritaire de chute de palmier. 

Origine et cartographie de l'infestation:

Les mêmes causes entrainent les mêmes effets...

Comme pour le papillon palmivore, l'infestation à charançon rouge est issue d'un manque de règlementation phytosanitaire autour de la mondialisation des échanges.

Concernant l'infestation à charançon rouge aux USA (Californie, Laguna beach), il s'agit du Rhynchophorus vulneratus Panzer: apparenté à Rhynchophorus ferrugineus, il représente un fleau comparable pour les palmiers.

Des travaux rescents de recherche du département d'entomologie de l'université de Californie ont pu valider cette nouvelle espèce de Rhynchophorus qui menaçe les palmiers, la preuve qu'un contrôle rigoureux du commerce des palmiers vivants est plus que jamais indispensable, pour éviter d'autres nouveaux ravageurs potentiels qui pourraient émerger. 

Rugman-Jones. Department of Entomology, University of California Riverside
Charançon rouge en France.
Source: DRAAF-LR
Source: DRAAF-LR

Concernant le premier foyer à charançon rouge constaté sur palmier dans l'Hérault (Peret.34), PALME-DOC a été missionnée par la FREDON-LR (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles).

Cycle biologique du charançon rouge:

_ Cycle 3 fois plus rapide que le papillon palmivore !

_ Jusqu'à un millier de charançons produits par an et par palmiers (Phoenix canariensis) !

_ Un palmier du genre Phoenix peut mourir en moins d'un an (contre 3 ans pour le papillon palmivore)

_ Délais entre le diagnostic et le sauvetage du palmier: trés court, un cas d'urgence...

LARVE de charançon rouge: forte activité et forte mobilité...

Larve de charançon rouge récoltée à PERET (34)
Différence & similarité entre le cocon du charançon et celui du papillon

IMAGO: mâle et femèle peuvent vivre jusqu'à 90j, le vol des adultes sous notre climat s'observe d'avril à novembre, un adulte a une capacité de vol de 7 kms, son activité consistera à se reproduire et à se nourrir (contrairement au papillon palmivore qui vivra sur ses réserves).

La phéromone sexuelle impliquée dans la reproduction des charançons rouges a pu être isolée et étudiée, cette dernière est utilisée dans les diposifs de piègeage.

Chaque femèle une fois fécondée peut pondre jusqu'à 200 oeufs, le mode opératoire de ponte diffère du papillon palmivore: la femèle doit creuser avec son rostre une cavité dans les tissus tendres du palmier, pour y incorporer son oeuf afin qu'il se transforme en une larve qui migrera vers l'intérieur du palmier, la femèle utilise aussi les bléssures qui pourraient être induites soit par la taille, soit par les domages du papillon palmivore (le papillon palmivore prépare et facilite l'infestation du charançon rouge !). On sait aujourd'hui que les palmiers bléssés émanent des kairomones (odeurs) qui attirent spécifiquement les ravageurs du palmier, il est donc important de respecter un protocole préventif, lorsque l'on doit tailler un palmier, particulièrement durant la période de reproduction des ravageurs.

De surcroit, on sait aussi qu'un palmier infesté a un potentiel d'attirance supérieur, ceci explique le constat d'un acharnement des ravageurs, ces derniers agissant par la sur-infestations succesives d'un même palmier malade, jusqu'à son déperrissement final.

Nymphose d'une larve en imago, lors de l'élevage des larves en condition labo: on peut obtenir des nymphoses sans passage au cocon, ceci directement par la transformation de la larve en chrysalide, puis l'émergence de l'imago à partir de la chrysalide.
Forme adulte du charançon rouge du palmier.

La détection du charançon rouge est difficile, car c'est un insecte qui se développe durant tout son cycle caché dans la partie interne du palmier. Le diagnostic implique souvent l'ouverture d'une fenêtre dans la frondaison du palmier, ce qui permet de mieux repérer les galeries, les sciures et cocons produits par ce ravageur, c'est en écartant la lance centrale du palmier que l'on peut observer les formes adultes du charançon, ces derniers étant logés dans l'ombre et l'humidité au niveau des interstices de la base des palmes.

 

D'origine tropical, il est stupéfiant de constater la capacité d'adaptation de ce ravageur envers le climat méditerranéen, voir semi-desertique comme en Egypte. L'hiver rigoureux de 2011/2012 n'a pas aussi réduit son expansion, on peut l'expliquer par la chaleur dégagée à l'interieur d'un palmier infesté: en effet aprés ingestation, les larves de charançon vident la structure interne du palmier, remplaçant les tissus sains du palmiers par une ''boullie'' faite d'un mélange de fibres et de sciures visqueuse, le tout dégageant une fermentation, si bien que le palmier devient un véritable ''fermenteur'', des études démontrent des températures internes du palmier > 30°C en condition hivernale.

 

dégâts interne, visualisation après abattage d'un Phoenix: section de la tête coupée en deux.

Les charançons rouges vivant cachés, les SYMPTÔMES d'affaissements de courones, de chutes de palmes,et d'assechements doivent évoquer un diagnostic rapide.

La réussite du sauvetage d'un palmier dépend du délais entre le diagnostic et l'intervention phytosanitaire.

3: Les champignons pathogènes:

Pourriture du bourgeon.

Ce champignon: Chalara paradoxa, pénettre au niveau des bléssures fraiches du palmier, quelquefois par les racine, et le plus souvent par la base des jeunes palmes émergentes au-dessus du bourgeon. L'infestation provoque la nécrose des tissus, où se développent les spores d'aspet noir.

 

Pronostic: c'est une maladie mortelle pour le palmier, car le risque d'atteinte rapide du  coeur du palmier est important.

 

La pourriture du bourgeon est assez courante aprés de fortes gelées hivernales, en effet elle se manifeste lorsque le glaçon formé au-dessus du bourgeon sur les tissus tendres dégèle, et l'excés d'humidité favorise la propagation de ce champignon.

 

Traitement: assainir les tissus noirs nécrosés par ablation et appliquer en pâte, voir poudrage un traitement cuprique au-dessus du coeur du palmier, le palmier reprendra rapidement une croissance normale.

 

Conseil: Bien surveiller les palmiers aprés de fortes gelées, faire le ''test de la lance'' (voir la page [symptôme]), et penser à limiter l'impact de l'arrosage par aspersion qui pourrait mouiller le stipe des palmiers (ex: sprinklers sur pelouses).

 

Un autre champignon pathogène: Phytophtora palmivora, provoque une maladie comparable.

La fusariose.

Le champignon: Fusarium oxysporum, est une maladie extremement grave, trés difficile à traiter.

Elle est originaire du sud du Maroc (Vallée du Draa) où elle n'a cessé de se propager sur les palmeraies du Maghreb, on estime à plus de 100 millions, le nombre de palmiers décimés depuis 1870 rien que pour le Maroc...

Moins courante en Europe, elle a été tout de même répertoriée en France (quelques cas à Perpignan).

 

Il s'agit d'un champignon tellurique qui via les racines, bloque la circulation de la sève brute dans les vaisseaux conducteurs du palmier, pour atteindre dans le stade final la mort du seul bourgeon apical, les symptômes se manifestent par un assèchement d'abord assymétrique des palmes, pour finir par un assèchement total du palmier.

 

Une des maladie les plus difficile à traiter. Dans notre contexte ornemental: il faut préconiser l'abattage systématique + destruction des déchets, un décapage du sol sur au moins 30 cm de profondeur est aussi souhaitable pour éviter de nouveaux contages.

La pourriture rose du palmier.

Gliocladium vermoesi, est une moisissure rose pulvérulente qui se peut se développer sur l'ensemble des palmes.

Il existe une relation étroite entre l'intensité de la pluviométrie (printemps & automne) et l'importance de l'infestation.

 

Traitement: pulvérisation à haute préssion d'un produit cuprique, prévoir un deuxième passage à 2 semaines de la première intervention.

4: La chrysomèle du palmier:

Pistosia dactylifera, coléoptère de la famille des chrysomèles, est un insecte de 6 mm de long originaire d'Inde.

Nous avons trés peu de données sur cet insecte dont l'infestation n'a été que localement répertoriée sur les Alpes Maritimes (St-Jean-Cap-Ferrat.06) sur des Washingtonia.

 

C'est encore un ravageur foreur des palmiers, aprés pontes: les larves se développent à l'interieur des palmiers, menaçant une fois de plus le coeur des palmiers.

Les symptômes se manifestent par des brunissement sur les pétioles dus à la prise alimentaire des formes adultes de la chrysomèle, on retrouve des perforations foliaires + dessèchements, et décapage caractéristique des rachis.

 

Le plus inquiètant est son cycle biologique de 1 mois!, donc une forte capacité de reproduction, d'autant plus que cette chrysomèle est polyphage, c'est à dire capable de parasiter d'autres végétaux que les palmiers.

 

Diagnostics / Traitements

& suivis d'interventions

Contact:

Pierre-Alexis BERNARD

Tel: 07 78 68 83 28

 Email: palme-doc@sfr.fr

 28 A rue du couvent

34725

St-ANDRE-DE-SANGONIS (FRANCE)

A travers ce site, vous trouverez les informations sur les maladies des palmiers, les solutions de traitements, l'actualisation des recherches, ainsi que pour aller plus loin: l'acclimatation des espèces de palmiers sous nos climats, la résistance au gel, l'optimisation de la fertilisation, l'amélioration de vos palmiers par la taille adaptée à chaque variété...